Formations ouvertes à tous​​ /​​ Pratiques d’atelier

Chantiers

comment une recherche plastique fonde une position d’art-thérapeute ?

//​​ samedis de 10h à 16h30

Chaque recherche est​​ singulière.

Chaque Chantier, inédit, n'a lieu qu'une fois.

Les Chantiers sont créés, chaque année, à partir des recherches des art-thérapeutes diplômés des Pinceaux.​​ 

L’originalité de leur travaux, réalisés durant les trois de formation, réside en ce que​​ chacun s’aventure auprès de la matière plastique dans une​​ position de création et de recherche en même temps.

Les diplômés sont amenés à éprouver le transfert sensible sur la matière, à laisser le faire plastique déployer la question qu’il suscite et qui le travaille, à essayer de formuler ce qu’il découvre… à la manière de Soulages quand il dit​​ ce que je fais m’apprend ce que je cherche.

Ces pratiques et réflexions originales tentent d’articuler le singulier et le généralisable, de​​ créer des passages entre​​ le corps sensoriel et le code conceptuel,​​ le sensible et l’intelligible. Elles contribuent ainsi activement à construire une théorisation spécifique de nos pratiques d’art-thérapie. Elles sont une source vivifiante pour nous tous, professionnels, étudiants et formateurs.

C’est la raison pour laquelle chaque Chantier propose deux temps de travail​​ 
•​​ atelier plastique pour expérimenter l'approche sensible de la matière,

•​​ présentation du Carnet de recherche de l’art-thérapeute pour approcher la manière dont​​ un art-thérapeute fonde sa position clinique auprès des personnes qu’il accompagne.

“Chef des Chantiers” :​​ Gabriela PISANO,​​ art-thérapeute, responsable de formation, co-animatrice des Chantiers aux côtés des art-thérapeutes.

Les inédits 2018-19

Le tissu

travail de​​ massification, apparition de corps​​ 

// sam. 13 octobre 2018

Matériau intime par excellence, le tissu nous accompagne tout au long de notre vie. Pourtant, nous n’en percevons pas tout son potentiel plastique.

Comment appréhender d'un point de vue​​ plastique ce médium textile ? Comment explorer sa plasticité en dehors de tout travail d’aiguille ?​​ 

Comment modeler,​​ massifier, cette matière souple et sans tenue ? Comment varier les formes, inventer ses propres gestes, son propre rythme ?

Quels sont les​​ résonances, les éprouvés corporels et les implications du corps à l’œuvre ?

Durant ce chantier, et par petites expériences, essayons de changer notre regard sur ce matériau si coutumier. Utilisons pleinement sa qualité de médium malléable et testons sa résistance pour que le travail de​​ massification​​ naisse. 

Regardons aussi comment les artistes​​ textiliens​​ se sont réapproprié ce matériau lourd de traditions pour le réinventer et le libérer de son usage domestique.

Claire LARAPIDIE, art-thérapeute,​​ graphiste.

La laine et le fil de laine

prendre forme entre surface et bord

// sam. 10 novembre 2018

La laine est une fibre animale provenant de la toison du mouton. Une fois lavée et peignée, elle est appelée​​ laine cardée. Elle est essentiellement utilisée​​ pour le rembourrage et pour fabriquer du feutre et du fil.

Explorons dans ce chantier la laine cardée et le fil de laine, deux états de la matière dont l’un existe par la transformation de l’autre. D'un côté, la laine cardée, masse légère et souple. De l'autre, le fil, long et fin.

Quelles résonances engendrent-ils ? Comment la matière, masse ou ligne, peut-être de nouveau transformée ?  Quelles nouvelles formes cherchent à naître ? Un contour, une surface, un bord, une arrête, une rondeur, un creux, une boursouflure, une suture…​​ 

Quels gestes viennent en travaillant ? Quels processus plastiques sont alors engagés avec ce matériau utilisé depuis si longtemps par l’homme ? Comment les accompagner et comment adapter un atelier pour favoriser ces transformations ?

Isabelle​​ MARTIJA-OCHOA, art-thérapeute, graphiste

 

Le fusain

la force de la trace

// sam. 8 décembre 2018

Simple bâton de charbon de bois, le fusain est le premier outil à dessiner de l'homme, le plus ancien témoignant de sa trace sur terre. Utilisé​​ dès la renaissance pour les études préparatoires, son usage est radicalement renouvelé par les artistes d'aujourd'hui.

Outil-matière, le fusain se suffit à lui-même. Il autorise une gamme étendue de gestes liés à des techniques plastiques particulières : simple manipulation ou application ample de l’outil ; réduction, soustraction ou déplacement de la matière...

La poudre de fusain se dépose, se déplace, se répand partout. Elle s’éparpille dans les moindres espaces jusqu’à nous envahir. Elle oscille entre mouvement et perte.

Comment expérimenter cette matière qui s’accroche sur des supports multiples, du minéral au végétal, du tissu au papier ? Comment faire face à la volatilité du fusain ?

Explorons comment, au travers de cette matière archaïque brute, il est possible d’envisager la création à partir de la​​ destruction. Et, au final, de conserver une trace de l’objet manquant.

Caroline TOMBECK-SCHUMER, art-thérapeute, artiste plasticienne.

 

Le sac plastique

savoir-faire traditionnels, savoir-faire nouveaux

//​​ sam. 16 février 2019

Le sac plastique est un matériau simple et omniprésent dans notre environnement quotidien. Disponible, facile à s’en procurer, on en use et abuse sans vraiment le regarder.​​ 

Interrogeons-le d'un point de vue plastique.​​ C’est un matériau mou, instable, inconsistant. Il s’oppose au solide, au fort, au dur, au tenable. On peut le penser fragile, sans ressort, susceptible de chuter, s’affaisser, se dégonfler, se vider. Quels défis plastiques pour faire tenir la souplesse ?

Mettons-le à l’épreuve des savoir-faire traditionnels, tel que tisser, tresser, crocheter : certaines de ses potentialités plastiques en seront dégagées. Mais comment créer un inattendu plastique en s’appuyant sur des techniques traditionnelles ? Comment découvrir l’originalité de ce matériau et trouver la liberté de nouveaux​​ gestes ?

Angèle MEDA MOUONPOUODON, art-thérapeute​​ 

 

Le bas nylon

informitude presque transparente

// sam. 8 juin 2019

Le nylon est un matériau extensible, malléable, tellement malléable qu'il pousse​​ aux limites de l’informe. Son​​ informitude​​ provoque des sentiments contradictoires allant de la passivité à la réactivité, obligeant à la démission ou à l’action. Elle vient toucher nos résistances par sa propre résistance.

Le bas nylon ne se tient pas par​​ lui-même, on est amené à lui donner une forme, le rouler en boule, l’étirer, etc. Il lui faut un cadre, une armature qui le mettra en valeur, faisant apparaître ses pleins et ses vides, son opacité et sa transparence.

Le nylon est aussi doux au toucher et​​ d’une légèreté extrême. Il décline toute la gamme des transparences jusqu’à l’opaque.

Comment lui donner corps et jouer avec la lumière ? Laisser voir ou cacher ? Voiler ou dévoiler ? Quelles limites y a-t-il entre le​​ dedans​​ ou le dehors, entre transparence ou opacité ?​​ 

Fabienne CAPMARTIN, art-thérapeute

Admission

Les Formations sont ouvertes à tous et ne requièrent pas d’entretien préalable.

Néanmoins, les responsables de formation sont disponibles pour échanger avec vous, sur RV ou par téléphone, et définir votre projet de formation.

Prenez rendez-vous auprès du secrétariat : 01 45 41 00 06 - de 10h à 12h30 / secretariat@lespinceaux.org 

Pour procéder à votre inscription : télécharger la fiche d'inscription et adressez-là aux Pinceaux.

Tarifs​​ 

• le chantier : particuliers : ​​ 90 €  ​​​​ / ​​ prise en charge : 135 €​​ 

Matériel

le matériel de base est compris.​​ 

En fonction des Chantiers il peut être demandé aux participants d’apporter des outils​​ individuels.​​ 

9